Retour à tous les cahiers

Nouvelle-Calédonie : la question du taux de change et de l’équilibre du compte courant

Cahier n° 2012-3
Gaël Lagadec et Florence Huart

La Nouvelle-Calédonie présente le paradoxe d’être un territoire/un pays en voie d’émancipation, malgré un régime de changes fixes avec l’euro et une très forte dépendance vis-à-vis de la métropole. Le commerce extérieur calédonien est structurellement déficitaire. Dans ce contexte, cet article s’interroge sur l’ajustement de la parité de la monnaie locale avec l’euro permettant de stabiliser le solde des échanges extérieurs, dans l’optique d’une émancipation menée jusqu’au terme de l’indépendance. Le montant de l’ajustement nécessaire est évalué, puis sont discutées ses conséquences sociales.

Cet article, écrit conjointement par Gaël Lagadec (LARJE – Université de la Nouvelle-Calédonie) et de Florence Huart (Laboratoire EQUIPPE – Université de Lille 1) étudie concrètement la question de la dévaluation ou de la réévaluation du FCFP, à l’aune des conditions de soutenabilité du compte courant (définissant ainsi l’autonomie économique), dans la perspective d’une hypothèse théorique de baisse ou de suppression des transferts issus de la Métropole.  Des travaux parallèles, aux conclusions proches, sont menés par l’université de la Polynésie française.