Retour à tous les cahiers

Vous ne dormirez pas chez moi ! Tester la discrimination dans l’hébergement touristique

Cahier n° 2018-05
Mathieu Bunel, Yannick l’Horty, Souleymane MBaye, Loïc du Parquet, Pascale Petit

Ce cahier du LARJE n° 2018-05 co-écrit par Mathieu Bunel, Université de Nouvelle-Calédonie, Yannick l’Horty, Université Paris-Est, Souleymane MBaye,Université Paris-Est, Loïc du Parquet, Université du Mans et Pascale Petit, Université Paris-Est, teste les discriminations dans l’accès aux services touristiques.

La discrimination dans l’accès aux services marchands en général et aux services touristiques en particulier fait l’objet d’une vaste littérature aux États-Unis depuis l’analyse pionnière de Lapiere (1934). Des études de nature essentiellement qualitative soulignent la persistance d’une discrimination formelle et informelle notamment à l’égard des noirs (Gabbidon, 2003 ; Schreer et al., 2009) et des homosexuels (Howerton et al., 2012). En France, malgré de nombreuses infractions avérées dans le secteur touristique, aucune étude d’envergure n’a été réalisée pour documenter l’existence d’inégalité de traitement dans l’accès à ces services à l’exception de celle de Johnson et al. (2017), mais qui porte sur un très faible échantillon,

Cet article présente les résultats obtenus à l’aide d’un testingde grande ampleur réalisé entre avril et juin 2015 auprès de 1 433 établissements d’hébergement de loisir : campings, hôtels et chambres d’hôtes localisés dans trois grandes régions touristiques françaises : les régions PACA, Bretagne et Pays-de-la-Loire. Le protocole expérimental permet de tester la significativité et de quantifier les différentes formes de discrimination selon le genre, l’âge, l’origine ethnique suggérée par le nom et la réputation du quartier de résidence ainsi que leurs effets croisés.

Globalement, nous constatons une discrimination forte à l’égard des clients qui suggèrent une origine africaine par leur nom ou ceux qui résident dans des quartiers ayant mauvaise réputation. En revanche, la discrimination à l’égard des jeunes est d’ampleur nettement plus faible et se concentre principalement dans les chambres d’hôtes. Enfin le genre des clients ne semble pas impacter significativement la probabilité d’obtenir une réservation.

Ce Cahier du LARJE n° 2018-05 est disponible ici : LARJE2018-05-web3