Christine Bidaud-Garon

Maître de conférences (HDR)
Droit interne et international privé des personnes et de la famille - Circulation internationale des statuts personnels et familiaux - Conflits de statuts

Biographie
  • Thèse relative à l’état civil en droit international privé, soutenue le 9 décembre 2005 (Dir. H. Fulchiron, Mention très honorable avec les félicitations du jury, Lauréate du prix de thèse de l’Université Jean Moulin – Lyon 3).
  • Maître de conférences à l’Université Jean Moulin – Lyon 3 depuis le 1er février 2007, en délégation à l’Université de la Nouvelle-Calédonie depuis le 1er juillet 2015.
  • Habilitée à diriger les recherches depuis 2012.
  • Lauréate d’une bourse de recherche à l’Institut Max Planck de droit comparé et international privé (Hambourg) pour le mois de janvier 2015.
Dernières publications

Accompagnement et actes personnels, Revue Droit de la famille, mars 2017, n°3, 21.

Le recours à la preuve biologique dans les actions dont l’objet n’est ni l’établissement, ni la contestation d’un lien de filiation, Revue Droit de la Famille, avril 2016, n°4, p. 18.

Reconnaissance ou reconstruction ? A propos de la filiation des enfants nés par GPA, au lendemain des arrêts Labassée, Mennesson et Campanelli-Paradiso de la Cour EDH, Rédigé en collaboration avec le Professeur Hugues Fulchiron, Revue critique de Droit international privé 2015, n°1, p1.

Changement de sexe et coutume kanak, Note sous TPI Nouméa, section détachée de Koné, 12 juin 2015, Cahier du LARJE Veille et éclairage juridiques, Dir. C. Bidaud-Garon, n° 2016-3, octobre 2016, p. 8, larje.univ-nc.nc.

Aperçu des difficultés relatives aux successions en Nouvelle-Calédonie – Conflits internes et conflits internationaux, in Chronique de droit international privé notarial, JCP éd. Notariale et immobilière 2016, n°40, p. 41.

L’état civil coutumier In « L’intégration de la coutume kanak dans le corpus législatif contemporain », Rapport de recherche pour le GIP « Mission de recherche Droit et Justice » rendu en 2016, dirigé par la Professeure Pascale Deumier (Université Jean Moulin – Lyon 3) et Monsieur Etienne Cornut (Université de la Nouvelle-Calédonie), p. 373-409.