You won’t be sleeping at my place! Testing for discrimination in access to tourism accommodation services


14-06-2018

Mathieu BUNEL, Maitre de Conférences en gestion à l’UNC, présentera le 15 juin 2018 une communication intitulée « You won’t be sleeping at my place! Testing for discrimination in access to tourism accommodation services » à la conférence « 6th QATEM Workshop : Quantitative Approaches in Tourism Economics and Management, 14 & 15 Juin 2018, Fare Pote’e de la Présidence de l’université de la Polynésie française (http://www.upf.pf/fr/content/conférence-sur-l’observation-quantitative-de-l’économie-et-le-management-du-tourismeconférence)

La discrimination dans l’accès aux services marchands en général et aux services touristiques en particulier fait l’objet d’une vaste littérature aux Etats-Unis depuis l’analyse pionnière de LaPiere (1934). Des études de nature essentiellement qualitative soulignent la persistance d’une discrimination formelle et informelle notamment à l’égard des noirs (Gabbidon, 2003 ; Schreer et al., 2009) et des homosexuels (Howerton et al., 2012). En France, malgré de nombreuses infractions avérées dans le secteur touristique aucune étude d’envergure n’a été réalisée pour documenter l’existence d’inégalité de traitement dans l’accès à ces services à l’exception de celle de Johnson et al. (2017), mais qui porte sur un très faible échantillon. Cet article présente les résultats obtenus à l’aide d’un testing de grande ampleur réalisé entre avril et juin 2015 auprès de 1 433 établissements d’hébergement de loisir : campings, hôtels et chambres d’hôtes localisés dans trois grandes régions touristiques françaises : les régions PACA, Bretagne et Pays-de-la-Loire. Le protocole expérimental permet de tester la significativité et de quantifier les différentes formes de discrimination selon le genre, l’âge, l’origine ethnique suggérée par le nom et la réputation du quartier de résidence ainsi que leurs effets croisés.  Globalement, nous constatons une discrimination forte à l’égard des clients qui suggère une origine africaine par leur nom ou ceux qui résident dans des quartiers ayant mauvaise réputation. En revanche, la discrimination à l’égard des jeunes est d’ampleur nettement plus faible et se concentre principalement dans les chambres d’hôtes. Enfin le genre des clients ne semble pas impacter significativement la probabilité d’obtenir une réservation.

Mots-clés : Discrimination, hébergements de loisir, testing Codes JEL : C93, J15, J16, L83